Bon ostéopathe ou mauvais ostéopathe ?

Le 21 mai 2012 | ostéopathe, ostéopathie | Commentez

Quelle est la différence entre un bon ostéopathe et un mauvais ostéopathe?

Les Inconnus se posaient la question à propos des chasseurs et nous laissaient habilement comprendre qu’il n’existait pas de différences entre le présupposé mauvais et le prétendu bon chasseur. En est-il de même pour les ostéopathes ? Selon quels critères pouvons nous dire qu’un ostéopathe est bon ou mauvais ?

La formation

Il est sans doute difficile de se renseigner sur la formation suivie par un ostéopathe. Si vous y parvenez toutefois, du point de vue de la formation, un ostéopathe peut être considéré comme compétent si :

  • sa formation s’est effectuée à temps plein sur au moins 5 ans ;
  • sa structure de formation est agréée par le ministère de la Santé et présente une cohérence scientifique et médicale ;
  • il poursuit sa formation de manière continue pour rester à la pointe de sa pratique et appliquer les recommandations de la Haute Autorité de santé.

L’expérience

Le bon sens veut qu’un « ancien » sera toujours meilleur qu’un « jeune » praticien. De manière très générale, cette idée est très probablement juste. En effet, dans tous les domaines, l’expérience est un gage d’efficacité et de qualité incontestable. Cependant, même si les praticiens d’expérience sont généralement considérés comme meilleurs, vous n’êtes pas à l’abri, à titre personnel, d’être très satisfait d’un jeune praticien et fortement déçu d’un « ancien ».

L’efficacité

Quand vous sortez d’une consultation chez l’ostéopathe et que vous êtes immédiatement soulagé, vous allez naturellement penser que vous avez consulté un bon ostéopathe. Si le résultat tient dans le temps, l’opinion que vous avez de votre ostéopathe restera inchangée. En revanche, si la douleur revient trop rapidement, votre opinion peut basculer et vous allez sûrement vous demander si votre ostéopathe est aussi compétent que vous ne le pensiez en sortant de son cabinet.

De nombreux patients sont déçus de l’efficacité d’un praticien de santé vivement recommandé par des proches : « tu vas voir, c’est le meilleur ostéopathe de Paris ». Tout comme n’importe quel professionnel de santé, un ostéopathe ne peut pas être efficace à 100% ; il se retrouve souvent confronté à des cas qu’il ne peut résoudre et peut même, dans certains cas rares, déclencher des douleurs. Si vous faites partie des 70% de patients dont les symptômes ont été améliorés par l’ostéopathe, vous allez naturellement le considérer comme « bon ostéopathe » ; si vous faites malheureusement partie des patients dont les symptômes ne se sont pas améliorés, vous aurez tendance à remettre en question les compétences du praticien. Un ostéopathe peut donc être efficace en général et inefficace pour vous en particulier, ce qui ne remet aucunement ses compétences en question.

Du point de vue de l’efficacité thérapeutique, le qualificatif « bon » ou « mauvais » qu’on attribuera à tel ou tel ostéopathe est tout à fait relatif…

Le professionnalisme

Le professionnalisme d’un praticien de santé peut se reformuler comme la capacité de vous « prendre en charge ». L’ostéopathe dispose d’une arme thérapeutique qu’il sait utiliser à bon escient. Si toutefois elle se révèle inefficace ou impossible à mettre en œuvre, il ne vous laissera pas seul avec vos symptômes mais vous orientera vers d’autres professionnels de santé (podologue, kinésithérapeute, rhumatologue etc.) pour essayer d’autres armes thérapeutiques. Même si les manipulations ou mobilisations articulaires de l’ostéopathe ne vous soulagent pas, son expertise biomécanique est précieuse dans votre parcours de santé et son aiguillage vers d’autres praticiens est essentiel.

Thomas Locher, Ostéopathe D.O.

Add A Comment